Image default

Comment trouver son logement au Canada ?

Trouver un logement au Canada, à plus de huit heures de vol de la France, n’est pas une mince affaire. Pourtant, comme le fameux visa, c’est un passage obligatoire pour espérer fouler le sol canadien. Et ainsi faciliter son stage à l’étranger.

Tu viens de décrocher ton stage au Canada ? Sache, pour commencer, que tu as eu une super idée qui va te permettre d’augmenter tes chances, à l’avenir, d’être embauché. En effet, l’expérience à l’étranger est appréciée par des recruteurs attentifs à l’ouverture internationale d’un candidat. Pour valider ton séjour, tu as dû passer par la périlleuse étape de la demande de visa. Une fois validée, tout n’est pas encore terminé ! L’autre grande étape pour préparer au mieux son séjour est d’obtenir un logement adéquat pour la période où tu résideras sur place. Pour éviter le stress occasionné par la recherche d’un logement à l’étranger, Stage-Canada t’aiguille pour optimiser tes chances de réussir et ainsi prendre un maximum de plaisir à faire un stage à l’étranger.


Aucune inquiétude ! Suis nos conseils pour dénicher le bon plan logement !

Quel type d’appartement louer ?

Si ta recherche de stage passe par le Québec, tu entendras parler de condo – diminutif de condominium – pour parler d’un immeuble qui est géré par différents copropriétaires. L’emploi de ce terme est aussi en vogue dans l’ensemble du Canada. Globalement, ne sois pas déstabilisé par le langage. Il n’est, par exemple, pas courant de parler de T1, de T2 ou de T3 comme en France pour évoquer la superficie. Dans le pays des célèbres caribous, l’usage est d’indiquer le nombre de pièce avant d’ajouter le 1/2 correspondant à la salle de bain. Un 2 1/2, par exemple, signifiera que le logement a deux pièces en plus de salle d’eau. L’autre préoccupation concerne le budget. Tu t’apercevras rapidement qu’il peut être serré. Entre le coût du visa, l’achat du billet d’avion ou encore les activités et les excursions prévues, tes dépenses peuvent vite exploser. Il est conseillé de partir avec un capital nécessaire pour séjourner sur place surtout dans le cadre d’un stage non-rémunéré. Le montant du capital peut varier selon la ville dans laquelle se déroule le stage. Pour t’aider à le constituer, le site internet Le Coût de l’Expat’ te permettra d’identifier tes besoins en termes d’alimentation, de transport, de santé, d’activités mais aussi de logement.

Prenons en exemple un séjour sur Ottawa. Pour une chambre simple, en dehors du centre-ville, il te faudra débourser en moyenne 611,08 euros. A noter que ce tarif est 22% moins cher qu’un logement du même type sur Paris. A l’inverse, un studio sur Toronto (en moyenne 770,55 euros) sera 85,40% plus cher que sur Lyon. Même constat à Vancouver où le logement coûte en moyenne à 765,01 euros alors qu’à Marseille, il se situerait davantage aux alentours des 405 euros. Moralité : si tu es plutôt économe dans la vie, c’est une bonne chose ! La durée du séjour détermine également le type d’appartement que le candidat à l’expatriation peut temporairement s’offrir. Si le stage ne dure que quelques mois, il est recommandé de laisser tomber le grand T3 au style industriel en haut d’un immeuble avec une vue panoramique imprenable sur la ville. Une chambre ou, au mieux, un studio fera aisément l’affaire. Tu gagneras plus à mettre de côté pour découvrir les chutes du Niagara à la frontière américano-canadienne ou admirer les aurores boréales dans le territoire du Yukon que de vider ton compte pour un logement.

Opter pour le logement à plusieurs

Au-delà de la superficie du logement, de nombreux critères pour choisir son habitation idéale sont à prendre en considération. Le premier – et le plus important d’entre eux – est de veiller à la proximité de son logement avec le lieu de stage. Plus tu seras près et plus le temps et le coût de trajet dans les transports en commun seront moindres. Tout comme les commodités qui doivent être à portée de main à l’image des commerces, des transports, des centres commerciaux ou encore des espaces sportifs et de loisirs. Il est aussi bon de se renseigner sur le quartier de l’appartement visé en termes de qualité de vie ou de sécurité.

Pour optimiser au mieux le budget de son séjour au Canada, la solution privilégiée reste la colocation. En France, près de 10% des étudiants choisissent ce mode de résidence. Devoir vivre en communauté et jongler avec des modes de vie très différents est le principal inconvénient. Mais, les bénéfices sont variés : obtenir un appartement plus grand, partager le coût du loyer et des dépenses annexes, diviser les tâches ménagères et faire de chouettes rencontres. Si la colocation ou l’auberge de jeunesse ne te tentent définitivement pas, il est possible de louer une chambre chez l’habitant, réputée peu onéreuse et parfaite pour une courte durée. Des sites de mise en relations entre locataires et bailleurs proposent des offres adaptées à tes besoins et à ton budget : RoomLala.fr, recherche-colocation.com ou encore EasyRoommate.com.

Se tourner vers l’entreprise d’accueil

L’entreprise qui t’accueille est l’un des premiers interlocuteurs que tu auras une fois atterri au Canada. Si ce n’est le premier point de repère. Souvent habituées à prendre des stagiaires du monde entier, ces sociétés font parfois face aux questions de vie quotidienne de leurs nouveaux arrivés. Ils ont des contacts et des astuces. Avec un peu de chance, tu auras même l’opportunité de travailler avec des expatriés comme toi. Comme la prise en charge des repas, certaines entreprises peuvent faciliter l’accès à un logement. Cet avantage en nature peut être couvert partiellement ou en intégralité le temps du stage. Ces rétributions non-financières doivent être inscrites sur l’offre de stage, mais rien ne coûte de demander ces modalités au moment de l’entretien téléphonique par exemple. Quelque soit le mode par lequel tu passes pour obtenir ton prochain pied-à-terre, il est nécessaire de s’y prendre le plus tôt possible. Ce sera le cas pour les démarches à effectuer pour trouver le stage idéal dans le pays de la feuille d’érable.

Si tu n’as pas encore trouvé ton stage de rêve en terres canadiennes, des agences spécialisées comme MyInternshipAbroad.com regroupent des offres de stage actualisées. Que ce soit à Vancouver, à Laval, à Toronto ou à Saint-Isidore, les domaines à pourvoir sont variés. Ils balayent aussi bien le marketing en passant par les réseaux sociaux que l’environnement ou le tourisme. Des conseillers sont à l’écoute de tes envies et t’aideront à optimiser tes chances de vivre une aventure incroyable au Canada.

Related posts

Demande de visa pour le Canada 2016 : stage, VIE, PVT

Yves

Permis Jeunes Professionnels au Canada : les conditions d’obtention

Yves

Visa Canada : où en sommes-nous ?

Yves